Il ne vous aura pas échappé qu’aujourd’hui tout va plus vite. C’est vrai dans la vie quotidienne : les nouvelles générations vivent plus dans l’instantané dans leur façon de consommer les choses. C’est aussi vrai dans la vie économique : les cycles de vie se raccourcissent. La concurrence étant de plus en plus forte, le moindre lancement de produit ou de service est une course contre la montre pour arriver le premier sur le marché.

Cette tendance se ressent maintenant de plus en plus au niveau du management d’entreprise. Cela se traduit chez les jeunes entrepreneurs par une façon d’envisager leur business prioritairement sur le court terme, à vouloir réussir très vite et rechercher des retours sur investissement très rapides. Ils sont de plus en plus attirés par « faire des coups », autrement dit profiter des aubaines qui se présentent à eux. On peut comprendre que certaines success stories récentes sur le web (la façon dont certaines entreprises ont réussi à générer du business rapidement et de façon importante) en fassent rêver plus d’un.

Mais attention, cette façon de faire présente des risques :

Certains entrepreneurs se lancent dans l’aventure sans maitriser un minimum l’environnement de marché et sans s’être fixé de cap, de stratégie à moyen terme. C’est une approche pour le moins risquée : l’entreprise ne sait pas si son marché est viable sur la durée, elle ne sait pas si elle est compétitive. Elle l’apprend en se confrontant à la réalité du marché, parfois à ses dépens… (les aubaines sont par définition des affaires qui ne se reproduisent pas). Elle évolue en permanence dans l’incertitude. Cela se traduit en pratique par une tendance à se disperser au niveau de son action commerciale, voire à lancer des actions  incohérentes.

Si l‘objectif est de développer un business pérenne, l’entrepreneur ne pourra pas faire l’économie d’analyser son marché s’il veut s’assurer de proposer des offres adaptées aux besoins des consommateurs et compétitives, sur un marché accessible et viable. Cela lui prendra un peu de temps mais en contrepartie, cela réduira considérablement les risques d’échec, fiabilisera son accession au marché et lui apportera de la sérénité.

Cette façon de faire n’est pas non plus adaptée à tous les types de projets d’entreprises :

Certains marchés ont besoin de temps avant qu’une demande viable n’émerge. C’est le cas pour certains produits technologiques innovants. De plus, la nécessité pour une entreprise technologique de faire de la R&D pour innover prend du temps et lui coûte de l’argent. Ce type de projet nécessite donc obligatoirement de s’assurer en amont de la viabilité économique d’une commercialisation car les capitaux à engager dans les 3 à 5 premières années du développement sont parfois très élevés et quel que soit l’apporteur de ces capitaux, il demandera à l’entrepreneur de se justifier sur son approche du marché à moyen terme.

Alors, même si la tendance est à aller toujours plus vite et à prioriser l’opérationnel et le court terme, prendre un peu de temps pour poser sa réflexion et définir sa vision de l’entreprise à moyen terme est la meilleure façon pour un entrepreneur de bâtir un projet sur la durée, particulièrement pour les projets technologiques. Pour faire une analogie sportive, certains projets relèvent plus d’une course d’orientation que d’un sprint.