J’ai assisté ce matin à la Matinale organisée par Rennes Atalante sur le thème « stratégie d’entreprise : quel équilibre entre produits et services ? »

La première présentation effectuée par Olivier Ezratti portait sur les différents modèles économiques que peut envisager une start up technologique (produit, service, service outillé) et sur les facteurs clés de succès pour établir un modèle produit.

La deuxième présentation était un témoignage de Serge Soulet de l’entreprise Refresh IT Solutions sur les choix stratégiques qu’elle a pu faire, entre une stratégie initiale de service et une stratégie cible de produit.

J’ai aimé ces présentations parce que c’est typiquement des problématiques que Nexima rencontre régulièrement auprès de ses clients de la technopole rennaise.

J’ai été étonné qu’on parle finalement de marketing pendant une heure et demi sans en prononcer le nom.  Pourtant, quand les interlocuteurs disent « la première chose que je demande à mon commercial quand il revient d’un rendez vous c’est : qu’est ce qui fait mal à ton client ? » ou encore « il faut passer plus de temps à la recherche des problèmes qu’à l’élaboration des solutions », que fait-on d’autre que du marketing ?

Je me rappelle d’une journée organisée par la MEITO en décembre dernier sur l’entreprenariat et le besoin de marketing dans les entreprises technologiques, durant laquelle de nombreux témoignages de chefs d’entreprises convergeaient sur l’incompréhension du mot marketing. Sur ce même blog, nous avons diffusé récemment un billet sur la difficulté à définir le marketing.

Alors, faudrait-il bannir ce mot « marketing »?

Stéphane